Les règles en vigueur

Celles qui sont valables partout

  • Toutes les communes sont régies par le plan d'occupation des sols (POS) qui réglement la surface maximale que peuvent occuper les maisons.
  • La commune fixe un coefficient des sols (COS) définissant la surface maximale qu'elle peut occuper sur la parcelle de terrain du propriétaire.

    Exemple : Pour un terrain de 500m², si le COS est de 30%, votre maison ne devra pas excéder 150m².

Celles qui sont variables

  • le PLU (Plan local d'urabnisme) de la commune, plus précis et contraignant, doit être pris en compte.
  • Certaines municipalités fixent des limites de hauteur.
  • Le voisinage : si vous percez une fenêtre face à un voisin, vous devez respecter certaines distances, chaque mairie a ses propres règles.

Les démarches à effectuer

  • Rendez-vous au service de l'urbanisme pour connaître les contraintes imposées par le POS et/ou le PLU et savoir à quelle extension vous avez droit.

  • Déposez une demande préalable de travaux auprès des services concernés de votre mairie, si votre extension ne dépasse pas 20m² de la surface hors oeuvre nette (SHON).

  • Au delà de 20m² d'extension, vous devez déposer un permis de construire.


Conseils sur les extensions de maisons

Une extension de maison peut s’imaginer suivant 2 grands axes distincts :
- une extension qui s’intègre parfaitement au bâtiment existant : prolongement de la maison par exemple,
- une extension complémentaire : démarcation, choix de nouveaux matériaux (le bois est très tendance).

L’aménagement de combles doit tout d’abord faire l’objet d’une étude précise de la structure porteuse. La toiture, charpente (ainsi que les supports) et le plancher des combles doivent être audités pour s’assurer que le poids que vous allez lui faire porter puisse être absorbé.
De plus, différents diagnostics (termites, xylophages, …) doivent également être réalisés avant de vous lancer dans des travaux d’aménagement.

Demandez votre devis gratuit pour extension de maison.


La surélévation de maison : contraintes et conseils

Surélévation maison – surélévation toiture – prix surélévation maison

La surélévation d’une construction est souvent le seul moyen d’agrandir une construction dans un contexte urbain dense. Pour faciliter le chantier et ne pas surcharger l’édifice existant, il est intéressant de choisir une structure légère (acier ou bois) composée d’éléments facilement transportables, pouvant être préfabriqués en atelier avant d’être assemblés sur place (construction modulaire).

La surélévation est l’extension d’une maison existante sur l’emprise au sol totale ou partielle de celle-ci.

La surélévation se déroule en 6 étapes clés :

A.étude préalable des fondations : vous devez vérifier que les murs périphériques et les fondations sont capables de supporter la surélévation désirée. La vérification des fondations nécessite la réalisation d’une ou plusieurs fouilles (excavations) au droit des fondations pour en vérifier la composition.
B.étude de la résistance des murs porteurs : connaître la composition ; Si les matériaux qui le composent ne sont pas apparents, il faudra réaliser un sondage (percement du mur ou dépose du revêtement).
Un professionnel (bureau d’étude structure) pourra vous faire un rapport de l’état et de la résistance des structures porteuses de votre habitation.
Si les fondations et/ou les murs ne sont pas capables de supporter les surcharges, vous devrez les renforcées ou créer des supports (des murs ou des poteaux porteurs). Ces travaux représentent un surcoût important dont il faut tenir compte à l’origine du projet.
C.déposer un dossier de permis de construire ou une déclaration de travaux.
Dans certaine commune, vous devrez déposer un permis de démolir, vérifier ce point auprès des services d’urbanisme de votre ville.
D.démonter en partie la toiture existante
E.rehausser les murs périphériques
F.réaliser une nouvelle toiture

Demandez un devis gratuit pour la surélévation d'une habitation.


Architecture de l'extension de maison

la question de l’extension étant « la confrontation d’un projet architectural à une œuvre préexistante » (selon le Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement de la Sarthe, organisateur du concours « Petites machines à habiter » consacré l’an dernier aux extensions de maisons de ville), il convient de définir avec soin ses besoins et ses envies, et de réfléchir à ce qu’il est possible ou non de faire. L’architecte, personnage-clé, aidera le particulier à penser son projet, notamment en termes d’intégration avec l’environnement. Sauf, bien entendu, si l’extension voulue, en surface, ne nécessite pas son intervention (cf. encadré).

Extension conforme ou en contraste avec le bâti existant ?

Car en effet, la question sur les besoins étant facile à résoudre (agrandir le salon, créer une véranda, etc.), il s’agit de s’interroger sur le type d’extension à réaliser. Doit-elle se fondre au bâti préexistant, ou avoir une architecture en contraste ? En d’autres termes, y a-t-il une place possible pour l’audace architecturale ? L’une ou l’autre des solutions a ses avantages et ses inconvénients.

Quand il s’agit d’une bâtisse ancienne, se fondre dans l’existant nécessite de retrouver les matériaux d’origine et un savoir-faire particulier, ce qui peut s’avérer élevé en termes de coût, voire tourner au « pastiche ». D’un autre côté, s’engager dans une construction moderne, qui a l’avantage de la latitude du projet — l’utilisation de matériaux économes en énergie est ainsi souvent privilégiée peut entraîner, par exemple, des polémiques avec ses voisins ou la mairie sur des questions d’esthétisme et d’urbanisme. Les différentes formes d’extensions

L’extension peut prendre également plusieurs formes. Tout dépend évidemment du contexte et des besoins. Verticale, elle permet de gagner de l’espace en hauteur pour des maisons qui n’ont pas de jardin. En profondeur, elle permettra de greffer un espace à l’existant mais lui posera un problème de lumière. Cela explique dans ce cas l’utilisation de matériaux légers, transparents pour laisser passer le jour. Couloir, elle permettra de relier deux bâtis existants. Mais ce ne sont ici que quelques exemples.

Faites une demande de devis gratuit pour vos travaux en extension de maison


Avantages de l’extension bois

• Légèreté :
La structure à ossature bois est en moyenne 7 fois plus légère à portance identique que l'équivalent béton.
Cet argument de poids permet de limiter les fondations de l'ouvrage bois et de bâtir sur toute sorte de terrains.
Le coût de transport des éléments est également parfaitement maîtrisé.
• Econome et confortable :
Du fait de sa technique particulière, l'ossature bois permet un renforcement d'isolation (lame d'air).
L’extension de maison est naturellement étanche au froid et au chaud pour un confort de chaque instant, été comme hiver.
• Rapidité de pose :
La structure à ossature bois peut être facilement préfabriquée en usine.
En quelques jours, la maison est montée grâce à l'intervention d'engins de levage
• Solidité et durabilité :
Une construction à ossature bois ne souffre pas de tension.
Les dilatations liées aux variations de température et d’humidité sont uniformes.
• Ecologique :
La maison à ossature bois utilise des matériaux renouvelables.
A toutes les étapes de la fabrication, les déchets sont recyclables.
• En outre, la construction est propre, un détail qui n'en est pas un lorsque l'on habite dans la maison objet du chantier.

Demandez votre devis gratuit pour l'extension en ossature bois !